Search Price Results
Wish

LOT 45

Importante garniture de table en argent 950 millièmes composée d'un surtout chantourné et d'une paire...

[ translate ]

Importante garniture de table en argent 950 millièmes composée d'un surtout chantourné et d'une paire de centres de table formant serviteurs muets. Le surtout quadripode à bords polylobés est ceint d'un listel bordant ciselé d'oves et d'entrelacs alternés de 10 pignons à décor de roseaux et d'oiseaux nichés reliés par des chaînes. Il est foncé d'un miroir au mercure monté sur une âme en chêne. Les centres de table présentent trois degrés rythmés de coupes en cristal taillé, montées sur un fût richement ciselé de roseaux au modèle et sommés d'un nid de colibris. La base de style Rocaille est épaulée de deux cygnes affrontés inscrits dans un décor d'agrafes, acanthes et coquilles. Travail d'époque Napoléon III, vers 1855, Maître orfèvre : Michel MANANIAN. Poinçon de titre Minerve (sur le bord du surtout), poinçon d'exportation Mercure (1840-1879) pour les ouvrages aux titres légaux expédiés à l'étranger (sur les pignons du surtout et sur les fûts des centres de table), poinçon de retour tête de lièvre 1888 (sur les fûts des centres de table), poinçon de Maître orfèvre « M. MANANIAN A PARIS » (sur les bases des centres de table). Surtout : H. 17 cm, L. 81 cm, P. 58 cm, poids brut total : 12 kg. Centres de table : H. 61 cm, diam. 26,5 cm, poids brut total : 13 kg. NOTE : Michel MANANIAN, joaillier, bijoutier et orfèvre d'origine arménienne s'installe rue Richelieu à Paris au cours de la seconde moitié du XIXe siècle. Il présente ses réalisations au cours des expositions universelles de Paris en 1855 et 1867. Pierre-Paul Vever rapporte l'acquisition par le couple Impérial d'un bracelet provenant de ses ateliers durant l'édition de 1855 pour la somme de 10 000 francs. Les productions d'orfèvrerie de Michel MANANIAN, plus marginales, s'inscrivent dans le goût Second Rococo si cher aux riches amateurs russes. Ainsi, grâce à l'inspiration initiée par François-Thomas Germain, de grandes maisons françaises à l'instar d'Odiot et Aucoc, fournissent la cour impériale et la grande aristocratie russes si friandes d'orfèvrerie française (collections Obrescoff, Tchernychev). La temporalité des poinçons de titre appliqués sur notre garniture fait état d'une exportation de ces pièces et d'un retour sur le sol français au crépuscule du XIXe siècle. Ayant rejoint une importante collection d'art française, l'ensemble présenté nous parvient ici par voie de descendance et forme un merveilleux témoignage des plus belles productions des Arts de la table français. RAPPORT DE CONDITION : le miroir du surtout présente un accident en bordure, une forte oxydation du mercure à l'opposé et des traces d'usures d'usage (rayures). L'un des pignons est désolidarisé et comporte des traces de restauration (colle), trois autres pignons font montre de faiblesse et de traces de colle. L'âme en chêne comporte quelques petits éclats et des traces d'usures. Les deux centres de table sont en bon état général. Sont à noter de très petites égrenures au niveau des coupes et de légères usures d'usage ainsi qu'un petit jeu au niveau des fûts. BIBLIOGRAPHIE : A. CHARON, B. DELMAS, A. LE GOFF, La France et les français en Russie : nouvelles sources et approches (1815-1917), Paris, Publication de l'Ecole nationale des Chartres, 2011. A. MEILLET professeur au Collège de France, I. NAHAPET, Revues des études arméniennes, T. II, Paris, Imprimerie nationale, 1922. Les poinçons de garantie internationaux pour l'argent, Paris, Tardy, 1981 (14e éd.). M. TRESCA, Visite à l'exposition universelle de paris en 1855, Paris, hachette, 1855, page n°633. Annuaire et almanach du commerce de l'industrie […], Paris, DIDOT et BOTTIN, 1859, page n°499. Catalogue officiel […] Exposition des produits de l'industrie de toutes les nations 1855, Paris, PANIS, 1855, page n°462. Vente Christie's Important mobilier & objets d'art, Paris, 13 décembre 2006, lot n°34.

[ translate ]

View it on
Estimate
Unlock
Time, Location
18 Feb 2024
France, Le Mans
Auction House
Unlock

[ translate ]

Importante garniture de table en argent 950 millièmes composée d'un surtout chantourné et d'une paire de centres de table formant serviteurs muets. Le surtout quadripode à bords polylobés est ceint d'un listel bordant ciselé d'oves et d'entrelacs alternés de 10 pignons à décor de roseaux et d'oiseaux nichés reliés par des chaînes. Il est foncé d'un miroir au mercure monté sur une âme en chêne. Les centres de table présentent trois degrés rythmés de coupes en cristal taillé, montées sur un fût richement ciselé de roseaux au modèle et sommés d'un nid de colibris. La base de style Rocaille est épaulée de deux cygnes affrontés inscrits dans un décor d'agrafes, acanthes et coquilles. Travail d'époque Napoléon III, vers 1855, Maître orfèvre : Michel MANANIAN. Poinçon de titre Minerve (sur le bord du surtout), poinçon d'exportation Mercure (1840-1879) pour les ouvrages aux titres légaux expédiés à l'étranger (sur les pignons du surtout et sur les fûts des centres de table), poinçon de retour tête de lièvre 1888 (sur les fûts des centres de table), poinçon de Maître orfèvre « M. MANANIAN A PARIS » (sur les bases des centres de table). Surtout : H. 17 cm, L. 81 cm, P. 58 cm, poids brut total : 12 kg. Centres de table : H. 61 cm, diam. 26,5 cm, poids brut total : 13 kg. NOTE : Michel MANANIAN, joaillier, bijoutier et orfèvre d'origine arménienne s'installe rue Richelieu à Paris au cours de la seconde moitié du XIXe siècle. Il présente ses réalisations au cours des expositions universelles de Paris en 1855 et 1867. Pierre-Paul Vever rapporte l'acquisition par le couple Impérial d'un bracelet provenant de ses ateliers durant l'édition de 1855 pour la somme de 10 000 francs. Les productions d'orfèvrerie de Michel MANANIAN, plus marginales, s'inscrivent dans le goût Second Rococo si cher aux riches amateurs russes. Ainsi, grâce à l'inspiration initiée par François-Thomas Germain, de grandes maisons françaises à l'instar d'Odiot et Aucoc, fournissent la cour impériale et la grande aristocratie russes si friandes d'orfèvrerie française (collections Obrescoff, Tchernychev). La temporalité des poinçons de titre appliqués sur notre garniture fait état d'une exportation de ces pièces et d'un retour sur le sol français au crépuscule du XIXe siècle. Ayant rejoint une importante collection d'art française, l'ensemble présenté nous parvient ici par voie de descendance et forme un merveilleux témoignage des plus belles productions des Arts de la table français. RAPPORT DE CONDITION : le miroir du surtout présente un accident en bordure, une forte oxydation du mercure à l'opposé et des traces d'usures d'usage (rayures). L'un des pignons est désolidarisé et comporte des traces de restauration (colle), trois autres pignons font montre de faiblesse et de traces de colle. L'âme en chêne comporte quelques petits éclats et des traces d'usures. Les deux centres de table sont en bon état général. Sont à noter de très petites égrenures au niveau des coupes et de légères usures d'usage ainsi qu'un petit jeu au niveau des fûts. BIBLIOGRAPHIE : A. CHARON, B. DELMAS, A. LE GOFF, La France et les français en Russie : nouvelles sources et approches (1815-1917), Paris, Publication de l'Ecole nationale des Chartres, 2011. A. MEILLET professeur au Collège de France, I. NAHAPET, Revues des études arméniennes, T. II, Paris, Imprimerie nationale, 1922. Les poinçons de garantie internationaux pour l'argent, Paris, Tardy, 1981 (14e éd.). M. TRESCA, Visite à l'exposition universelle de paris en 1855, Paris, hachette, 1855, page n°633. Annuaire et almanach du commerce de l'industrie […], Paris, DIDOT et BOTTIN, 1859, page n°499. Catalogue officiel […] Exposition des produits de l'industrie de toutes les nations 1855, Paris, PANIS, 1855, page n°462. Vente Christie's Important mobilier & objets d'art, Paris, 13 décembre 2006, lot n°34.

[ translate ]
Estimate
Unlock
Time, Location
18 Feb 2024
France, Le Mans
Auction House
Unlock