Search Price Results
Wish

LOT 38

1969 Alfa Romeo Tipo 33/2 « Daytona » Châssis... - Lot 38 - Osenat

[ translate ]

1969 Alfa Romeo Tipo 33/2 « Daytona » Châssis : 75033009 Moteur 2l : numéro 015 Moteur 2.5l : numéro 20 00 42 L’alfa Romeo 33 marque le retour de la marque au plus haut niveau du sport automobile. En effet, à la fin de l’année 1951, Alfa Romeo s’est retiré de toute compétition internationale, la Fameuse Disco Volante, destinée à courir aux 24h du mans 1952 n’y courrera jamais. Au début des années 60, avec la collaboration d’Autodelta, Alfa Romeo renoue avec le succès en compétition grâce aux fabuleuse GTA, TZ et TZ2. Ces succès pousseront Alfa Romeo à envisager un retour vers les compétions internationales. Ainsi en septembre 1964, le projet 105.33 est lancé. En septembre 1965, un premier prototype équipé du moteur de la TZ2 est produit. Pour le moteur, le choix des ingénieurs se portera vers un V8 de deux litres de cylindrée, développé secrètement durant les années 50. Destinée à courir en championnat Sport Prototype, la 33 est la seconde Alfa Romeo équipé d’un moteur en position centrale arrière après la Tipo 512 en 1939. Après un développement intensif sur la piste de Balloco, la voiture est prête. Le 6 mars 1967, la voiture est engagée à la course de côte de Fléron, en Belgique. Cet évènement marque le retour triomphal d’Alfa Romeo au plus haut niveau. Malheureusement, la fiabilité ne sera pas au rendez-vous pour cette première 33. Carlo Chiti revoit alors la voiture de fond en comble, les exemplaires construits jusqu’à présents, sont également modifiés. Cette 33 B fera ses débuts aux 24 h de Daytona 1968 remportant une victoire dans la catégorie des moins de 2000 cm3. À la suite de ce succès, la voiture sera rapidement surnommée la 33/2 Daytona. A la fin de la saison 1968, autodelta arrête d’exploiter les 33/2, concentrant ses efforts sur la future 33/3. L’ensemble des 33/2 sont alors revendues à des écuries satellites ainsi qu’aux divers importateurs européens de la marque. C’est ainsi qu’en 1969, l’importateur Alfa Romeo en France, la SOFAR, désireux de faire la promotion de la marque en France, acquiert trois Alfa Romeo 33/2. Ces voitures seront engagées en championnat Sport Prototype ainsi que dans les plus grands évènements français. L’exemplaire que nous vous proposons, le châssis 75033009 est l’un d’eux. Celui-ci présente la particularité exceptionnelle d’avoir été immatriculé le 14/10/1969 par la SOFAR sous l’immatriculation 8270 VW 75. Cette immatriculation cachait la volonté de la SOFAR d’engager cette voiture au sein de rallyes et autres évènements routiers en plus du championnat Sport Prototype. Au cours de leur carrière, les 33.2 de la SOFAR seront engagées dans de nombreux événements et remporteront en 1969, avec Ignazio Giunti, la Ronde Cévenole sous le numéro 70, une 3e place à Magny Cours avec Jean Pierre Jaussaud la même année ; puis une victoire à L’AGACI 300 à Montlhéry avec Gerard Larousse. Après une petite saison 1970, la SOFAR reviendra à la victoire en 1971 avec Bob Wolleck à Albi. Cette saison sera la dernière des 33/2 de la SOFAR, dépassée par une concurrence accrue et plus puissante. De son côté, Autodelta décide que seules les nouvelles 33/3 pourront être engagées en compétition. Jean Guichet, pilote de l’écurie, rachète alors les trois 33/2 de la SOFAR. Deux seront revendues à Antoine Raffaëlli, châssis 007 et 017. Ceux-ci, accidentés, seront restaurés puis revendus. Une sera conservée par Guichet : Le châssis 009. Selon Antoine Raffaelli, il s’agissait du plus bel exemplaire de la SOFAR. Jean Guichet participera à quelques courses de côtes et autres évènements locaux avec cette 33/2. En 1997, Gérald Bugnon en fait l’acquisition. La voiture est alors équipée du moteur 33/2 installé par la SOFAR lors du dernier engagement de la voiture. Dès son acquisition, une restauration est entreprise au sein des ateliers Calderoni. La carrosserie, les trains roulants et la mécanique seront revus. La voiture sera par la suite engagée au sein de nombreux évènements historiques. En 2005, désireux de pouvoir utiliser plus facilement la voiture, Gérald Bugnon fait l’acquisition d’un moteur de Montréal, qu’il prépare lourdement afin de se rapprocher des performances originelles. La même année, il fait l’acquisition d’un véritable moteur 2.5 litres de 33. Ce moteur sera fourni avec la voiture au futur acquéreur. Enfin en 2014, un dernier contrôle des éléments en aluminium et magnésium est effectué. Après ce dernier chantier, la voiture sera engagée au grand Prix de Montreux 2014. En 2018, la voiture court une dernière fois, toujours au Grand prix de Montreux. Exposée de manière statique depuis lors, la voiture a été remise en route en vue de la vente. Fonctionnelle, celle-ci mériterait néanmoins une révision générale pour reprendre le chemin des compétitions historiques. Cette Alfa Romeo 33/2

[ translate ]
Sale price
Unlock
Estimate
Unlock
Time, Location
21 Apr 2024
France
Auction House
Unlock

[ translate ]

1969 Alfa Romeo Tipo 33/2 « Daytona » Châssis : 75033009 Moteur 2l : numéro 015 Moteur 2.5l : numéro 20 00 42 L’alfa Romeo 33 marque le retour de la marque au plus haut niveau du sport automobile. En effet, à la fin de l’année 1951, Alfa Romeo s’est retiré de toute compétition internationale, la Fameuse Disco Volante, destinée à courir aux 24h du mans 1952 n’y courrera jamais. Au début des années 60, avec la collaboration d’Autodelta, Alfa Romeo renoue avec le succès en compétition grâce aux fabuleuse GTA, TZ et TZ2. Ces succès pousseront Alfa Romeo à envisager un retour vers les compétions internationales. Ainsi en septembre 1964, le projet 105.33 est lancé. En septembre 1965, un premier prototype équipé du moteur de la TZ2 est produit. Pour le moteur, le choix des ingénieurs se portera vers un V8 de deux litres de cylindrée, développé secrètement durant les années 50. Destinée à courir en championnat Sport Prototype, la 33 est la seconde Alfa Romeo équipé d’un moteur en position centrale arrière après la Tipo 512 en 1939. Après un développement intensif sur la piste de Balloco, la voiture est prête. Le 6 mars 1967, la voiture est engagée à la course de côte de Fléron, en Belgique. Cet évènement marque le retour triomphal d’Alfa Romeo au plus haut niveau. Malheureusement, la fiabilité ne sera pas au rendez-vous pour cette première 33. Carlo Chiti revoit alors la voiture de fond en comble, les exemplaires construits jusqu’à présents, sont également modifiés. Cette 33 B fera ses débuts aux 24 h de Daytona 1968 remportant une victoire dans la catégorie des moins de 2000 cm3. À la suite de ce succès, la voiture sera rapidement surnommée la 33/2 Daytona. A la fin de la saison 1968, autodelta arrête d’exploiter les 33/2, concentrant ses efforts sur la future 33/3. L’ensemble des 33/2 sont alors revendues à des écuries satellites ainsi qu’aux divers importateurs européens de la marque. C’est ainsi qu’en 1969, l’importateur Alfa Romeo en France, la SOFAR, désireux de faire la promotion de la marque en France, acquiert trois Alfa Romeo 33/2. Ces voitures seront engagées en championnat Sport Prototype ainsi que dans les plus grands évènements français. L’exemplaire que nous vous proposons, le châssis 75033009 est l’un d’eux. Celui-ci présente la particularité exceptionnelle d’avoir été immatriculé le 14/10/1969 par la SOFAR sous l’immatriculation 8270 VW 75. Cette immatriculation cachait la volonté de la SOFAR d’engager cette voiture au sein de rallyes et autres évènements routiers en plus du championnat Sport Prototype. Au cours de leur carrière, les 33.2 de la SOFAR seront engagées dans de nombreux événements et remporteront en 1969, avec Ignazio Giunti, la Ronde Cévenole sous le numéro 70, une 3e place à Magny Cours avec Jean Pierre Jaussaud la même année ; puis une victoire à L’AGACI 300 à Montlhéry avec Gerard Larousse. Après une petite saison 1970, la SOFAR reviendra à la victoire en 1971 avec Bob Wolleck à Albi. Cette saison sera la dernière des 33/2 de la SOFAR, dépassée par une concurrence accrue et plus puissante. De son côté, Autodelta décide que seules les nouvelles 33/3 pourront être engagées en compétition. Jean Guichet, pilote de l’écurie, rachète alors les trois 33/2 de la SOFAR. Deux seront revendues à Antoine Raffaëlli, châssis 007 et 017. Ceux-ci, accidentés, seront restaurés puis revendus. Une sera conservée par Guichet : Le châssis 009. Selon Antoine Raffaelli, il s’agissait du plus bel exemplaire de la SOFAR. Jean Guichet participera à quelques courses de côtes et autres évènements locaux avec cette 33/2. En 1997, Gérald Bugnon en fait l’acquisition. La voiture est alors équipée du moteur 33/2 installé par la SOFAR lors du dernier engagement de la voiture. Dès son acquisition, une restauration est entreprise au sein des ateliers Calderoni. La carrosserie, les trains roulants et la mécanique seront revus. La voiture sera par la suite engagée au sein de nombreux évènements historiques. En 2005, désireux de pouvoir utiliser plus facilement la voiture, Gérald Bugnon fait l’acquisition d’un moteur de Montréal, qu’il prépare lourdement afin de se rapprocher des performances originelles. La même année, il fait l’acquisition d’un véritable moteur 2.5 litres de 33. Ce moteur sera fourni avec la voiture au futur acquéreur. Enfin en 2014, un dernier contrôle des éléments en aluminium et magnésium est effectué. Après ce dernier chantier, la voiture sera engagée au grand Prix de Montreux 2014. En 2018, la voiture court une dernière fois, toujours au Grand prix de Montreux. Exposée de manière statique depuis lors, la voiture a été remise en route en vue de la vente. Fonctionnelle, celle-ci mériterait néanmoins une révision générale pour reprendre le chemin des compétitions historiques. Cette Alfa Romeo 33/2

[ translate ]
Sale price
Unlock
Estimate
Unlock
Time, Location
21 Apr 2024
France
Auction House
Unlock